Enchainement de sorties humides

Après un été indien très agréable, la nature avait bien besoin de se recharger en eau. C’est parti avec de bonnes précipitations combinées à une dégringolade des températures.

En temps normal, eau + terre = boue. Dans le Sundgau c’est encore plus vrai.

Première sortie avec la moto réparée et une grosse envie de rouler après la frustration de l’endurance de Roche. Une bête bobine haute tension avait réussi à gâcher un dimanche ensoleillé.

Nous partons à 3 sur les chemins glissants mais la pluie a eu la bonne idée de stopper. Le froid étant tout de même bien présent, c’est un parcours résolument technique (surtout pour moi qui maitrise bien mal la terre glissante) et jamais monotone qui s’est ouvert à nous. Fredo a démontré une fois de plus sa maitrise des chemins et son sens de l’orientation. Le grip était étonnamment bien présent dans les grimpettes et nous avons pris un très grand plaisir dans cette sortie dense.

Ce fut également l’occasion de baptiser mon Doma tout neuf, avec quelques envolées dont la 300 a le secret. De ce coté bilan également positif avec un pot franchement plus résistant que mon ancien FMF. La différence de comportement moteur est tout aussi flagrante, il va me falloir encore quelques sorties pour bien assimiler le mode d’emploi.

Retour sympa avec bonne petite mousse partagée bien au chaud. Finalement j’arrive à la maison un peu après 20h pour une douche chaude bien méritée.

6h20 le réveil sonne. J’ai mal partout et l’envie de rouler a du mal à me faire quitter le lit…

8h en tenue, le soleil est présent, il annonce une belle journée.

Nous sommes un peu plus nombreux pour cette sortie, l’adhérence est très changeante et permet à tout le monde de bien s’amuser, Jule est en petite forme et vide son camelback pour équilibré son mélange sanguin 😉

Bruno prends la tête du groupe et nous trouve des chemins variés, avec de belles alternances entre roulant, single et un peu de technique. Bien évidemment quelques passages en fossés sont de la partie. Je profite d’une montée bien glissante pour tester l’aptitude au vol de la 300, la figure est belle.

En fin de sortie le physique est à sa limite, j’ai beaucoup de mal à garder la moto en ligne. Bilan je me plante dans un beau petit bourbier, court mais gluant.

Midi sonne, cela fait du bien de poser le casque et les bottes.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *