Le réchauffement climatique sous les casques

Entre la météo qui glace le sol, les semaines chargées, les journées courtes, et les week-ends de folie, les circonstances ne sont pas au top pour un tour de moto, mais il ne faut pas se décourager.

Nous sommes donc 4 à partir ce matin de semaine pour un programme annoncé mixte avec peu de roulant. Le départ se fait avec les gants épais et les vestes sous un soleil bienveillant.

Rapidement notre nouveau compère en 530 se retrouve en délicatesse avec sa moto au démarrage récalcitrant et sa condition peu compatible avec le poids et le kick 🙁

Après seulement une grimpette et deux descentes, nous continuons à 3, mais ce ne sera que partie remise, très probablement avec une moto plus adaptée.

Une fois le groupe réduit on se lance dans la pente pour ne pas prendre froid. Les ventilations de vestes s’ouvrent, les manches tombent et les gants été font leur apparition.

Après une grosse suée et la montée en température des Oranges, on passe sur du single proche des liaisons classiques pour rejoindre un resto sympa et accueillant malgré nos bottes et tenues un peu crasseuses, puis nous repartons sur un autre versant pour éliminer jambonneau, civet de sanglier et bières.

Ça jardine pas trop malgré les difficultés et les coupes qui jonchent les grimpettes.

GG est en forme et le pauvre Nico doit martyriser sa 125. Un échange de moto permet à GG de retrouver les sensations des petites bombes pendant que Nico découvre les joies d’une 250 optimisée pour le franchissement. Oui il y a beaucoup plus de couple, mais c’est également sacrément plus fatiguant. Une vidange de carbu plus tard nous repartons sur une dernière longue grimpette qui donnera le coup de grâce aux réserves d’énergie.

Le froid revient doucement, le jour décline, tout le monde n’a pas un éclairage au top et surtout chacun à sa dose. Le retour plus roulant est l’occasion d’un peu de mécanique dans les bois pour permettre à GG de retrouver son frein arrière pendant que je remet les manches à la veste et l’on arrive tranquillement à la maison avant la nuit.

Vendange tardive au menu de l’apéro. Encore une belle sortie avec quasiment 50 km en 5 heures. La moyenne est conforme aux attentes… C’est pas encore aujourd’hui que le voyant de réserve de la Yam pourra s’allumer.

*Merci aux propriétaires de parcelles qui jouent le jeu et nous laissent accéder à leurs chemins privés.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *