à l’ombre des jeunes pousses

Pour changer un peu d’ambiance et de compères la sortie du jour se compose rapidement en ligne. Bien vite il faut clore les invitations pour ne pas se retrouver dans un format incompatible avec la saison.

A coté des habitués deux « nouveaux » tentent l’aventure de la promenade avec dénivelé.

Départ en douceur pour chauffer les organismes et les moteurs. Le ciel est radieux, la température idéale. La nature est somptueuse avec toutes les nuances de vert des jeunes pousses.

Nous sortons rapidement des passages les plus touristiques tout en restant en mode découverte. L’alternance de roulant et de très roulant permet à tout le monde de suivre. Quelques ajustements sont nécessaires principalement dans les pressions de pneus qui sont peu compatibles avec notre pratique de la randonnée.

On tente quelques passages un peu plus technique, mais le manque de pratique conjugué à une petite forme nous conduit à privilégier le soft. Néanmoins quelques coupes perturbent un peu le tracé mais nous profitons tout de même de beaux chemins.

Premier point noir avec la rencontre avec un énergumène aviné désireux d’en découdre et brandissant une hache pendant que son compère cherche la tronçonneuse. Je fais demi-tour pour aller à sa rencontre et tenter en vain une discussion. Nous évitons donc prudemment le secteur, soit-disant privé, bien que le chemin large et en bon état ne soit aucunement signalé comme interdit. Parfois la discussion est impossible.

Sur le chemin du retour, la fatigue perturbant la lucidité, sur une branche traitresse un genou craque. Arrivé sur le chemin le pilote à mauvaise mine et il n’est pas raisonnable de continuer.

Nous prenons donc le chemin du retour par de grandes pistes après un échange de moto imposé par le kick récalcitrant de la GG.

Un peu le moral en berne on se réconforte avec un bel apéro pendant que le diagnostique téléphonique oriente vers une rupture de ligament croisé.

Vivement la prochaine, même si pour certains il faudra d’abord passer par la case opération.
Finalement, malgré les sensations un peu étranges et la difficulté à serrer la moto entre les jambes, je suis bien content de rouler en sécurité avec les orthèses.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *