Le blog est resté sans nouvelles pendant un an, mais je n’ai heureusement pas arrêté de rouler. Si la moto d’enduro est restée trop souvent inactive j’ai continué à m’amuser au guidon du Rocky et j’ai abondamment testé divers vélos avant de craquer pour un VTTAE avec une assistance légère.

Mise à jour du garage

Depuis début juillet je suis officiellement propriétaire d’un Levo SL qui me ravi tout en m’aidant bien à suivre les copains énervés, en forme, plus jeunes ou les 3 en même temps.

Il cumule 720 km pour le moment et j’y ai accroché une plaque dimanche dernier pour une découverte de l’enduro avec Léo.

Le Rocky approche des 1 800 km et après une bonne révision va probablement partir pour de nouveaux horizons. Le SL étant si agréable à emmener même sans l’assistance que je ne ressens pas le besoin d’avoir un autre VTT orienté enduro.

Si je ne tiens pas compte du vélotaf qui me conduit le plus souvent possible à la gare et au boulot, le dernier craquage en date est un Gravel carbone.

GRAXX devant l'eau

A son guidon je découvre les joies de la route et redécouvre des sentiers trop sages pour les VTT. Quand la prise en main sera terminée et que les jambes seront adaptées j’ai envie de me lancer dans de petits trips en mode bivouac seul ou en famille.

Des projets moins précis

L’année précédente, sous l’impulsion des potes j’ai découvert les joies de l’enduro vélo en liberté ou entre des banderoles, cette année après avoir régulièrement partagé des sorties avec Léo et malgré les contraintes sanitaires j’ai pu continuer à rouler mais sans participer à des épreuves organisées.

La question de 2021 reste bien sur ouverte mais il y a déjà des envies plus ou moins précises.

  • Je vais retourner dès que possible sur une course en mode chrono ou découverte avec Léo.
  • Avec le gravel je vais progressivement repousser mes limites de distance, même si j’ai conscience qu’elles sont plus liées à ma condition qu’a d’autres éléments.
  • Pourquoi pas se prendre au jeu de sorties sur plusieurs jours…

Elle n’est pas verte ni même à moteur et je sais bien que c’est un peu hors sujet, mais je viens de recevoir une nouvelle Kawasaki.

88 grammes de graphite et pas mal de technologies originales, je suis impatient de tester ça.

 
Bien moins lourde que la ZRX, en plus elle va sortir bien plus souvent, surtout si je veux récupérer un peu de condition pour ne pas être trop ridicule avec la WR250F.

Hier, dernier rdv avec le chirurgien et les nouvelles sont aussi bonnes que possible.

Bien sur le ménisque n’est plus qu’un souvenir et le cartilage bien usé cause et causera toujours des douleurs. La musculation de la jambe gauche est toujours en retard, mais au moins les ligaments sont opérationnels.

Maintenant place à la moto. Je vais tâcher de trouver des moments de calme entre les chasses pour glisser des petits coups de moto.

Le plein est fait, la moto est révisée, les fringues sont propres. Il ne manque plus grand chose pour retrouver le plaisir des chemins.

Si vous avez suivi les pérégrination de mon genou, vous savez qu’il a bien perturbé mes activités. Plus de sport depuis le 4 février. 

Heureusement pour limiter la casse et assurer le long terme, j’ai été bien bichonné par une équipe médicale au top autant coté kiné que chirurgie.
Je me retrouve donc avec une bonne fonte musculaire (et une « légère » prise de poids…) et un gros manque de condition.

En respectant du mieux possible l’agenda médical j’ai commencé une légère reprise sportive début juin, mais qui interdit toujours les trucs un peu amusants (pas de badminton, d’enduro, …).

Petit bilan positif : 

  • pas de douleurs au pédalage
  • petite reprise du badminton (il ne faut pas le dire au médecin, j’étais censé attendre le 22 aout)
  • j’ai remonté les pédales automatiques
  • les descentes sont toujours aussi amusantes

Les points négatifs : 

  • impossible de courir sans douleurs (chouette j’ai une nouvelle excuse car je déteste courir)
  • grosse perte de puissance sur le vtt
  • impossible de pédaler en danseuse ou en force
  • les montées sont plus longues que dans mes souvenirs
  • le bilan chiffré des premières sorties VTT : sur un tour de référence de 16 km je perds plus de 40 minutes…

 

En manque de moto depuis la blessure j’ai profité d’une bonne occasion pour sauter le pas et renouer avec le bitume.

Pas une sportive ni une moto bourrée d’électronique, mais un bon vieux 4 cylindre japonais à carbus.

ZRX 1200 - 2001

Dès les premiers tours de roue la magie de la ZRX opère et c’est une moto qui va assurément m’apporter de bons moments. En prime la selle accueillante et la position vont tenter de compenser de nombreuses années avec uniquement des motos égoïstes dans le garage.

Premiers tours de roues en mode rééducation dans le cabinet de kiné.

Forcement coté paysage cela manque fortement de variété, mais c’est encore une étape de franchie et si tout va bien le feu vert pour rouler à l’extérieur va tomber d’un jour à l’autre.

Maintenant direction l’atelier pour monter le vélo en pédales plates, la gestion des cales étant impossible pour le moment.

La reprise de l’enduro c’est pas pour tout de suite.

Après quelques consultations le bilan est un peu lourd.

Rupture coté LCA, latéral touché, ménisque en vrac et contusions osseuses.

Heureusement que les séances de kinésithérapie sont efficaces.

Samedi pas cool. Ne pouvant me déplacer sur la nouvelle date de la Ronde des Cailloux, nous avons décidé de rouler un peu à la maison.

Ce qui devait rester une sortie cool s’est finalement transformé en jardinage et lors d’une perte d’équilibre j’ai posé le pied gauche sur une belle branche bien glissante. Et hop le pied qui tourne et le genou qui craque : chute et douleur.

Pas le choix il faut sortir de là. Donc reprise de la moto en veillant à ne pas poser le pied gauche.

Tant que c’est chaud la douleur n’est pas handicapante et comme je guide et ne veux pas laisser les potes en plan on attaque quand même d’autres grimpettes avant d’aller manger.
Dès que je pose le pied (involontairement il va de soit) je tombe. La dernière juste avant le repas fait bien mal sur le coup, quelle idée de vouloir sauter une racine en montée pour sortir du fossé alors qu’il y avait une belle trace 5 mètres plus loin…

Après la pause repas on a bien froid mais le genou n’est pas trop douloureux, donc on se décide de se réchauffer en jardinant un poil.
Erreur de guidage ou d’appréciation, on se retrouve dans une ravine gavée de glace et de branches, par prudence je pose la moto pour dégager des troncs en travers et c’est en marchant pour revenir à la moto que je reçois le coup de grâce. Le pied tourne sur une branche cachée sous les feuilles, la jambe cède et je m’écroule. Il est temps de rentrer car je ne peux même plus changer les rapports, ni rouler debout et encore moins récupérer la moto quand elle glisse.

J’arrive à sortir de la ravine en jouant sur la motricité géniale de la Yam et on rentre par de petits sentiers cools.

Arrivé à la maison l’apéro est là pour récupérer un peu et commencer l’anesthésie interne.

Mais après la douche impossible de prendre appui sur le pied, donc massage et récupération de l’attelle de l’année dernière.
Un peu d’anti-douleurs pour passer la nuit, ce matin c’est toujours gonflé et quelques points bleus sont visibles.

Repos, repos et un peu de repos, puis enfin j’écoute les bons conseils de Caroline (oui je sais elle à toujours raison) et direction l’hôpital pour examen / radio / examen.

Finalement le bilan n’est pas si noir, le médecin est presque rassurant en diagnostiquant une « simple » entorse ligamentaire sans rupture franche. Il faut bien sur attendre 15 jours pour que le genou reprenne une taille normale et que de nouveaux examens confirment le truc. Mais pour le moment ça fait du bien au moral.

Il faut savoir que je roule depuis presque 1 an avec un LCA en vrac. Pas forcément futé mais à priori « à mon âge » l’opération n’était pas forcément recommandée.

Que la nouvelle année 2017 vous soit favorable avec plein de bons moments partagés avec les potes et de bons coups de moto.

Bon ok, c’est pas de la moto, mais comme il n’est pas possible de rouler tous les jours je vous fais partager mon coup de coeur du moment.

https://flic.kr/p/NNsoqG

Ça tombe bien car j’en profite plusieurs fois par jour grâce à l’insistance du toutou. J’en suis même à regarder les promotions pour changer les chaussures de running…

Sous la pluie c’est sympa aussi.

wp_20161105_11_07_14_pro-pluie