2ème Sprint TT de La Bresse.

Après une première édition réussie la section moto de La Bressaude a remis le couvert pour un Sprint TT version 2.0. le 19 avril 2015.

Si le principe restait proche tout ou presque évoluait cette année, avec pour commencer une programmation météo proche de la perfection.

La spéciale unique suivie de sa petite liaison laissaient leur place à un beau tour de liaison technique et deux spéciales bien différentes. La réussite de la première édition, la communication efficace et l’inscription de l’épreuve au calendrier enduro de Lorraine ont permis de rassembler environ 135 pilotes de toutes catégories.

Maintenant place au compte rendu de la course vécue de l’intérieur par un vétéran.

Arrivée sur le site samedi après-midi, avec mon compère Pattes, pour les contrôles technique et administratif, puis la reconnaissance de la SP2. Celle-ci tracée sur le même site que l’année dernière bénéficie de pas mal d’évolutions. Elle alterne le carrément technique avec marches et racines, avec le un peu plus roulant, l’approche de la montée impossible est parfaite avec une belle prise d’élan qui permet de sauter au sommet même avec un petit moteur. Mais cela reste du serré avec peu d’endroits pour monter les rapports. Quasiment chaque virage est ponctué d’un coup de cul en montée ou en descente. Il faut bien s’appliquer dans les épingles entre les roches, mais le circuit n’est jamais dangereux et avec la bonne idée du tour d’essai en début de journée nous avons combiné reconnaissance à pied et en moto pour bien profiter.

Sortis de la spéciale, on cause un peu avec les connaissances, cela va du jeune qui va tourner pour la première fois en 125 à l’inter venu jouer la gagne. Tout le monde regarde quand même d’un drôle d’air le podium de départ et surtout la descente qui tire droit dans la pente avec quelques marches et pierres en prime avant un virage à 90 degrés. Place au repas convivial et à la bonne bière des Vosges généreusement servie.

Capture d’écran 2015-04-21 à 00.00.50

Dimanche matin, notre départ pour le tour d’essai est programmé pour 9h26, donc pas de stress. En prime on trouve une belle place sur le parking à coté de compères Alsaciens. Dès la descente il y a des motos couchées et le thème de la journée est annoncé. La liaison va être un bon équilibre entre technique et très technique, les quelques morceaux de plat seront juste suffisants pour détendre les bras. Au tour d’essai les temps sont plus larges pour permettre de découvrir la SP1 dont la reconnaissance à pied était interdite. Le premier CH est donc abordé doucement. Dans le premier bouchon, je pose la moto contre un arbre pour dégager un pilote planté créant un bouchon. Aucun autre pilote ne bougeait de sa moto, préférant pester et patienter plutôt que d’aider à dégager le bouchon !!!

Capture d’écran 2015-04-21 à 00.04.12Capture d’écran 2015-04-21 à 00.03.47

Malgré le bouchon nous arrivons au pointage avec pas mal d’avance et je rentre dans la spéciale en mode rando découverte. On commence par un peu de pré bosselé avant d’attaquer des roches / racines / ornières dans tous les sens. Il y a déjà des bouchons… Puis vient le tour du terrain de cross avec une belle piste, des sauts de toutes tailles avant retourner dans du plus technique. Il y a pas mal de saut à l’aveugle et je ne vais pas réussir à mémoriser correctement le tracé, même après 5 passages. On revient sur le terrain de cross avec quelques doubles à faire impérativement pour ne pas trop se faire secouer, il y a même un enchainement de doubles (ou triples suivant le niveau) que je ne vais pas tenter à par dans mon second tour chrono où je suis arrivé involontairement trop vite pour ne pas sauter et la stabilité de la WRF m’a été bien utile. Ça tourne encore pas mal avant un passage de tronc et de nouveau du pré parsemé de roches. Je pense qu’ils doivent faire de l’élevage de pierre dans la région, ils ont de beaux spécimens et du solide. La cellule de sortie arrive enfin, ça va être dur de resté concentré et à l’attaque pendant toute la spéciale.

bouchon

Le second morceau de liaison arrive juste après et permet de rejoindre le site de la SP2. Il est différent de la première partie avec de belles descentes et du moto-trace. Un peu de chemin plus rapide aussi pour s’amuser un peu et toujours un balisage simple mais efficace. Il faut trouver un bon rythme pour rouler souple sans s’épuiser. La solution est simple : éviter la chute et ne pas se bloquer. Au fil des tours je vais m’amuser à faire la liaison en mode trial et à tenter le zéro pied, c’est en fait vachement efficace pour rouler souple.

Seconde spéciale, on va voir si la reconnaissance était de bonne qualité. Départ facile, première montée en douceur, saut merdique (je ne vais pas oser le prendre vite de toute la journée) et à l’arrivé dans la première zone technique un pote présent comme spectateur m’arrête pour m’indiquer une bonne trace. Merci à lui, car si la majorité contourne la difficulté et se retrouve en perdition dans les racines, il me conseille de taper la marche et de continuer tout droit. Un peu osé mais payant, je vais passer là à tous les tours. Pour sortir de la zone l’ornière se creuse, je vise donc à coté et ça passe en douceur. La descente dans les pierres est plus facile en moto qu’à pied, idem pour la seconde marche en pierre, l’adhérence est parfaite cela passe à tous les coups. Maintenant gaz pour aborder la montée « impossible », le premier passage en 3 est moyen, ça monte mais c’est inefficace. Un peu de virages pseudo rapide avant de tricoter entre talus, roches, racines, dévers, pour retrouver enfin du plus roulant, une belle montée en sable, un saut aveugle en virage (pas évident d’oser se lancer), des talus et enfin l’arrivée.

conseil

C’est avec le sourire que l’on retourne au camion pour manger et boire, la moto va bien à part une fuite importante à l’un des spi de fourche (coté frein en plus). Le nettoyage régulier du joint limitera la casse mais au fil de la journée ma fourche va perdre son efficacité pour talonner de plus en plus à la moindre compression mal négociée.

 

Place aux tours chrono, c’est les mêmes avec à peine moins de temps. La marge est toujours importante et sans forcer il y a toujours le temps de souffler en liaison et avant d’entrer dans la spéciale. Le pointage juste avant la spéciale est une vraie bonne idée, il n’y a pas de bouchon et les départs sont fluides. Je dois par contre avoir une phobie des photographes, car je me couche plusieurs fois dans la SP2, sur des virages pourtant simples, juste devant un photographe. Je corrige partiellement le problème en augmentant la garde de mon frein arrière, la pédale Twenty donnant un feeling un peu différent de l’origine Yam.

angle

Après notre premier tour chrono nous avons une grosse pause pour le repas. Les autres tours s’enchainent avec un circuit qui se creuse et se corse un peu. Même si les spéciales changent elles sont de plus en plus amusantes à rouler. Dans le second tour chrono je remonte un pilote parti devant moi et tente bêtement un dépassement à l’intérieur d’une épingle et enroule mon repose-pied sur une roche. Re-paf et un repose-pied bien tordu qui ne va pas aimer mais va rester en place pour le reste de la journée.

Pattes souffre dans la liaison et jette l’éponge dans l’avant dernier tour. Il est vrai que c’est creusé par endroits, la descente du départ est de plus en plus compliquée et il s’est fait mal plusieurs fois. Son gilet de protection a d’ailleurs bien morflé dans ce tour.

Le dernier tour se passe vraiment parfaitement, j’ai l’impression d’un second souffle et je prend un plaisir maximal. Pattes est là dans la SP2 pour m’encourager et au camion à l’arrivée avec la boisson magique spéciale récupération.

Changement de tenue, chargement, buvette et attente des résultats en commentant nos meilleurs moments. Malheureusement, après pas mal d’attente, un soucis dans l’établissement des classements nous fait quitter la course sans connaitre nos temps, mais pour nous l’essentiel n’est pas dans le classement. C’est une super journée, avec plein de potes, une bonne dose de moto, de souvenirs plein les yeux et des machines qui supportent nos mauvais traitements. Je vais avoir un peu de mécanique et profiter de l’occasion pour faire une révision en profondeur des suspensions. Le repose-pied est irrécupérable, je vais piocher dans les petites annonces.

Vidéo à venir, j’ai pas mal tourné en liaison et en spéciales. Mais pas eu le temps de faire la moindre photo 🙁

Liaisons

Spéciale 1

Spéciale 2

Best off ?

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *