Un peu de vtt pour se changer les idées

En cette saison de chasse et de météo aléatoire, les occasions de sortir la moto sont rares et la motivation proche du zéro.

Un compère de badminton m’ayant un peu poussé j’ai sorti le vtt et redécouvert le plaisir de rouler dans les sentiers. Bien sur les sorties ne sont pas aussi longues qu’en moto et souvent on découvre des montées dans des chemins que l’on pensait plat grâce au moteur, mais le plaisir est là quand après une bonne suée en montée on peut lâcher les freins dans la descente.

Pour couronner le tout, en passant chez MN Bike, un magasin du coin où je commence à prendre mes habitudes, pour l’accueil, la qualité des conseils et la pertinence des accessoires et pièces proposés, je me suis retrouvé avec un super vélo à tester pour le week-end. Pour faire simple je suis parti rouler avec un Specialized Stumpjumper Comp Carbon 29 modèle 2019. Le vélo raide de neuf que le magasin n’a pas hésité à sortir du podium d’expo pour me le confier. On commence par les réglages avec prises de mesures précises et ajustement des suspensions.

Vendredi début d’après-midi je me retrouve donc dans la roue de Christophe pour un test grandeur nature. Comme il connait bien le massif coté Bernstein, il m’a concocté un tour de 26 km avec tout ce qu’il faut pour un test. J’ai peiné en côtes, « trialiser » en cherchant l’adhérence entre racines et pierres, roulé sur du large, descendu du large, du raide, de l’étroit, de l’épingle. 

Coté sensations c’est très étonnant, car premier vrai test pour moi avec un 29 pouces moderne et en mono plateau. Malgré les gros pneus de 2.6 au profil bien accrocheur ça roule bien et monte efficacement. Sans parler de rendement, car pour ça il faudrait avoir de la puissance à passer dans les jambes, j’arrive à monter aussi bien qu’avec mon vélo actuel qui est en double plateau, donc exit la peur d’avoir un développement trop dur à tirer. Dans les racines et pierres, qu’elles soient en montée ou en descente il faut carrément oser taper dedans et jouer sur l’inertie des roues, dur de s’adapter en si peu de temps, mais on se surprend à prendre des trajectoires plus directes sans trop se soucier des petits obstacles.

Et quand la pente s’inverse, le vélo donne envie de prendre de la vitesse. Malgré les grandes roues la maniabilité est étonnante tout en gardant le cap. Pour donner une analogie aux plus motards c’est comme passer d’une ktm en WP à une Yam cadre alu avec des KYB bien réglées. Les suspensions sont là pour vous aider et il faut oser lâcher les freins.

Je termine la sortie sur les rotules avec un bon gros mal au cul, mais un grand sourire. Quel pied de rouler ainsi, je me suis autant amusé qu’en moto.

Petit aparté technologie pour présenter le vélo.

C’est donc un vtt avec un cadre intégralement en carbone, des suspensions Fox de milieu de gamme, une transmission Sram 12 vitesses, des freins à disque Sram Guide R (4 pistons, 200 mm à l’avant, 180 mm à l’arrière), des roues Roval Traverse bien larges (30 mm), une tige de selle télescopique avec 150mm de débattement. Pour mes 1,80 on m’a conseillé une taille L.

Le débattement du vélo est de 140 mm à l’arrière et 150 mm à l’avant. Le cadre est asymétrique, pour en théorie donner plus de rigidité, je n’ai pas le bagage nécessaire pour déterminer si c’est pertinent ou principalement du marketing, mais je peux juste constater que cela fonctionne avec un vélo bien dynamique.

Se retrouver avec un nouveau jouet c’est forcément motivant, j’ai donc ajouter une sortie au compteur dimanche matin malgré une météo capricieuse. Départ sous un soleil voilé avec un vent de face à décorner des boeufs pour continuer sous la pluie. Avec les jambes fatiguées le 29 pouce montre son mauvais coté. Un peu plus dur à lancer il peut à mon avis devenir pénible quand on est en petite forme. Face au vent et dans les premières montées, l’envie de faire demi tour et d’aller chercher la moto est forte. J’insiste quand même et après un changement d’itinéraire pour cause de chasse (pas de panneaux, mais des coups de feu proches et nombreux) les jambes recommencent à fonctionner à peu près. Je pousse jusqu’au Schaentzel pour grignoter un bout au sec et hop direction la maison avec une trace principalement descendante sous la pluie maintenant continue. 

Le petit single bordant la route est un plaisir à rouler, ça saute sur les racines, le grip des pneus est génial et le 29 pouce aide à trouver de la fluidité. Petite relance sur du faux plat montant dans les pierres et les feuilles mortes, ça va bien tant qu’on conserve de la vitesse. Dans le petit single et les épingles glissantes pour retrouver la fontaine du chevreuil je suis à nouveau étonné de la maniabilité. Bien sur c’est pas forcément aussi incisif que le 27″5 mais je suis quasiment persuadé qu’au chrono le verdict serait favorable. 

Jusqu’à la maison c’est plaisir intégral avec de bonnes relances et un mode d’emploi qui commence à rentrer.

 

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.