Sorties, promenades, randonnées ou entraînements.

En complément du VTT, j’ai souvent eu envie de rouler sur la route pour aligner un peu plus de distance, redécouvrir des chemins moins techniques et privilégier les paysages avant la pente.

Mais entre les pistes cyclables mal conçues ou peu entretenues, les routes où la cohabitation avec les voitures est aléatoire et la tendance globale à la recherche de performance, les tentatives se sont soldées par des déconvenues.

Pour ne pas rester sur un échec je tente une nouvelle expérience avec un gravel. Pour ceux qui ne sont pas au fait de la mode cycliste, c’est un mix entre un VTC et un vélo de route. Les pneus sont plus larges, la géométrie moins sportive et la position plus orientée confort.

Ma monture est un GRAXX de chez Origine, une marque française offrant des configurations de vélo sur mesure via un outil en ligne facile d’accès et performant.

Sur un cadre carbone viennent se greffer un groupe Shimano GRX800 en 2×11, des roues Fulcrum Rapid Red 300 chaussées de Continental Terra Speed en tubeless, des périphériques Ritchley et mes pédales Look X-Trax EN-Rage +.

Le vélo n’a pas été pesé, mais venant d’un vtt enduro ou d’un vélotaf single speed en acier c’est léger et réactif entre les jambes.

Pour les premières sorties je ne me suis pas contenté de chemins de vigne, de piste cyclable et d’un peu de route, j’ai carrément tenté des chemins plus techniques, parfois à la limite du VTT.

Prochaine étape allonger les sorties pour de nouvelles découvertes et bosser les jambes pour réussir à suivre les copains.

Grâce au site 26in.fr et ses tests privés j’ai réceptionné un train de pneu Hutchinson Griffus en 29″ afin de les tester dans mes conditions classiques de roulage.

Les pneus attendaient sagement dans leur carton et j’en enfin trouvé le temps et l’envie de les monter à la place de mes Maxxis de référence.

Au premier contact, la gomme qui est annoncée différenciée est bien tendre sur les cotés et à peine plus ferme au centre. Compliqué de se faire une idée fiable, mais cela promet du grip.

Pour l’avant je monte le 2.5 à la place d’un DHF EXO/TR également en 2.5, si le pneu s’installe facilement sur la jante (RaceFace AR30) il a un peu de mal à claquer même avec le préventif et je dois passer une cartouche de co2 à défaut de compresseur.

A l’arrière où il va remplacer un Aggressor 2.3 EXO/TR c’est encore pire et après avoir tenté le coup avec deux cartouches de co2 je me résout à monter provisoirement une chambre à air.

Le profil et la taille des pneus est très proche des Maxxis, donc pas de surprise bonne ou mauvaise. L’arrière est un peu plus massif que l’Aggressor et se compare plus au DHF que j’utilise également. Cela tombe bien pour le test, je vais avoir des points de comparaison.

Premier roulage en reprenant les pressions que j’utilise habituellement sur les Maxxis.

En venant de l’Aggressor ça colle un peu à l’arrière, mais un peu moins qu’avec le DHR. Je commence par du roulant puis une petite montée au train. Jusque là rien à dire, mais franchement c’est tellement sec en ce moment que ça passerait avec n’importe quels pneus.

Premier secteur descendant avec du large défoncé d’ornières où il ne reste qu’une petite portion de chemin pour rouler en sécurité. Les pneus guident bien et tiennent dans le dévers.

On attaque le single suivant, l’avant est précis sans marquer de gros points par rapport au DHF que je connais par coeur. Un passage en dévers sur des racines sèches permet de vérifier que le grip est là. Le pneu semble plus travailler sur la gomme sans s’affaisser, il me donne une bonne impression de précision.

RAS pour l’arrière, il est dynamique dans la relance et efficace au freinage.

C’est reparti pour une montée où effectivement le Griffus est manifestement plus lourd à entrainer que l’Aggressor, mais comme je suis monté en chambre alors que l’Aggressor était en tubeless je vais devoir attendre pour avoir une opinion définitive. Il semble quand même mieux rouler que le DHR.

Un peu de jardinage en montée, le grip est bien là et pas de dérobade sur les pierres sèches ou les racines.

C’est reparti pour une descente avec une belle longue relance au milieu (sinon c’est pas drôle). Je suis en confiance et dans des conditions de grip pourtant limite (terre bien sèche, graviers par endroit et brindilles) les pneus sont précis et me permettent de placer le vélo correctement.

Je remonte vers une autre trace et dans un dernier chrono perturbé par la fréquentation du chemin j’ose lâcher les freins autant qu’avec mes pneus classiques. Aucun piège ni mauvaise sensation.

Pour terminer du jardinage dans un chemin défoncé avec pierres coupantes, épine, branches cassées et autres éléments perturbateurs. Rien à signaler ça tient au sol.

Je rentre à la maison satisfait de cette prise de contact. (18,7 km / 560 D+).

Petit rappel du contexte du test.

Rocky Mountain Instinc BC en taille L.
Roues d’origine : RaceFace AR30 asymétriques 30 mm de largeur interne
« Pilote » 1,80m 90 kg niveau intermédiaire.
Usage all-moutain / enduro

En passant dans mon magasin préféré, au détour d’une conversation je me retrouve avec un super vélo de test pour le week-end. Un Rocky Mountain Altitude PowerPlay C70, donc avec un bon moteur d’assistance…

Pour vous le présenter c’est un vélo annoncé pour un programme Aggressive Trail, monté en roues de 27,5″, motorisé par une solution maison et suspendu par du Fox.

Le vélo est un peu particulier, car l’atelier MN Bike est parti d’une version 2018 en lui faisant profiter de tous les upgrades 2019 coté moteur et contrôleur.

J’avais un peu joué avec le Kenevo d’un pote et même loué un VTTAE lors des dernières vacances, ce n’est donc pas une pure découverte de l’électrique mais plutôt l’essai d’un nouveau vélo.

Après un micro tour de réglage c’est parti avec Patrick pour un tour full électrique. Rapidement le vélo montre un visage totalement différent de ceux que j’avais essayé précédemment. Le moteur et vif, il ne demande qu’a pousser avec un couple fort, voir même dérangeant.

Sur les singles le 1er mode (éco) suffit à passer partout, un petit coup de sélecteur et hop ça grimpe encore plus fort. Le mode turbo est à réserver pour les conditions extrêmes où il faut trouver de la ressource.

La partie cycle est joueuse et dès que ça roule il n’y a plus d’inertie. On consomme assez vite le débattement mais jamais je n’ai l’impression de talonner.

Ce premier tour se termine avec 25 km et 1000 D+. La batterie annonce encore 20% d’autonomie quand le Kenevo n’a plus que 15%.

Un coup de charge et c’est reparti pour un tour sans attendre que les batteries soient à 100%. C’est du roulant avec Caroline pour reconnaitre une rando pédestre pour le lendemain. On jardine un peu dans les grimpettes, on relance et on revient par du chemin large. A nouveau 25 km au compteur avec seulement 540 D+.

Je n’ai le vélo que pour quelques jours, j’en abuse donc dès le lendemain avec un tour en mode « goret ». C’est beaucoup de mode 2 voir même du turbo pour boucler du D+ et faire tomber des PR et accrocher mon premier KOM…

Lundi, dernier jour, je dois rendre le vélo demain. Malgré la journée pénible et les jambes lourdes c’est reparti pour un tour de défoulement express. J’en profite pour chercher de nouvelles traces et sortir des sentiers habituellement pratiqués en musculaire.

Bilan de ce test, 93 km et 3000 D+ en 3 jours… Je serais bien incapable de faire ça sans l’assistance. Mais surtout j’ai découvert une nouvelle forme de pratique à base de tours courts mais intenses. C’est idéal pour aller chercher 3 ou 4 descentes en fin de journée sans avoir forcément le temps ni les jambes.

Le moteur est un bon complément qui permet également de palier un écart de forme lors d’une sortie mixte VTT / VTTAE.

Après deux semaines passée dans le secteur de La Clusaz, j’ai un énorme coup de coeur pour cette station autant pour le coté vtt que pour la qualité de vie et les vacances en famille.

PREMIER CONTACT SUR DES PISTES « XC »

A peine arrivé aux Confins où nous allons rester quelques jours, j’ai le plaisir de trouver très facilement des indications de pistes présentées comme XC. Elles permettent de se balader dans le massif et de se chauffer les jambes.

Les niveaux sont cohérents et il y a moyen de bien s’amuser en envoyant en mode « enduro » quelques secteurs plus techniques. En prenant le temps de causer avec les locaux ou d’explorer on trouve des traces amusantes pour bien se cramer…

ON CONTINUE AVEC LA « ALL-MOUNTAIN »

En prenant le télécabine avec le grand on a décidé de tester la piste « Les Ecotagnes ». C’était la bonne idée, car elle offre tout ce que j’aime en vtt. Des passages tranquilles pour profiter du paysage, des secteurs avec de l’engagement en montée comme en descente. En prime une bonne longueur et une bonne variété de terrain.

Sur quelques passages il faut jouer avec les ornières et les racines, mais pour moi cela donne justement de l’intérêt à cette piste qui ne gagnerait pas à être trop lissée.

PRISE DE TEMPÉRATURE DH

Nous avons décidé de jouer des DH pour les gamins sur une journée, mais ne connaissant pas du tout les pistes je me tape une incursion « enduro » sur le bas de la verte et le « bike park ». 

Coté piste, c’est du chemin large et facile. Sachant que mes mômes n’ont jamais roulé en DH, ce sera bien pour prendre contact avec les vélos et jauger leur comportement.

Le « bike park » est composé de petits modules en bois, sécurisants mais amusants. Bien sur ce n’est pas du gros, pour cela il faut changer de versant et aller sur La Fériaz.

INITIATION DH POUR MES GAMINS

Nous partons pour une journée sur des Spe Demo 2019. Les vélos sont bien entretenus, roulent bien et sont à la bonne taille. En prime ils sont loués avec un équipement réellement complet, propre et de bonne qualité (même le maillot manches longues est inclus). Rien que cela change de certaines locs où tu prends peur lors des premiers tours de roues.

Chargement des vélos en mode tout confort, le personnel est prévenant et se charge de placer les vélos sur les attaches des télésièges, c’est top quand on est avec des gamins. Arrivés au sommet du Loup, on commence par la verte, juste pour poser les bases des freinages. On enchaine sur le « bike park » coté vert, puis on continue vers la station. La piste est facile, probablement un poil trop, mais c’est du bon pour la confiance des débutants.

Pendant que les gamins refont le début de la verte, je vais « valider » la bleue du loup.

C’est une piste plus proche de ce qu’on peut attendre d’une DH. De belles courbes, des petits sauts bien signalés et faciles à prendre ou éviter. Même pour une première journée je vais sans soucis y emmener les enfants.

On se retrouve au niveau du « bike park », que je teste coté bleu.

Après avoir expliqué aux gamins comment est la bleue nous remontons la faire ensemble avec le grand (16 ans) pendant que le petit (13 ans) préfère refaire un coup de verte + « bike park ».

Le haut de la bleue passe bien et hop on est reparti pour un tour complet de bleue avec les deux gamins…

Même pour une première vraie DH, le petit qui n’est pourtant pas un téméraire arrive à se faire plaisir, bien mis en confiance par la prise de contact sur la verte et le vélo qui est royal de stabilité. Tous les sauts sont bien signalés et même lors des passages en sous bois on conserve une bonne vision de la piste.

La matinée se termine après quelques descentes avec le casse-croute à la station et une petite glace.

ÇA CONTINUE EN DH AVEC LE GRAND

Le petit n’étant pas très motivé pour continuer je le laisse profiter des vacances avec une après-midi de repos.

On réchauffe les bras avec une bleue, puis on se sépare le temps que je teste la rouge du loup.

Cette piste à un début commun avec la bleue du loup, puis se sépare pour entrer dans les bois. Le niveau et la pente sont plus engagés, mais les sauts toujours aussi bien signalés. Il faut par contre prendre un peu plus de vitesse pour tout passer, mais il n’y a pas de pièges. L’entretien de la piste est frais et c’est un régal à rouler. Je décide donc de la proposer au grand.

Après un premier passage avec lui en mode « découverte » où je lui indique les risques et pièges, on va y retourner plusieurs fois et il va même finir par un passage où il sautera tout proprement.

On refait un coup de bleue pour aller jouer sur les modules et on termine la journée par un bel enchainement bleu / rouge / bleu.

UN DERNIER TOUR EN MODE ENDURO

La fin des vacances approche et je n’ai toujours pas roulé « la trace ». C’est donc en mode XC que je rejoint la station pour chopper la dernière remontée. Quelques coups de pédale plus tard je suis sur le départ de la piste. Elle est commune avec une partie de la rouge du loup mais une surprise m’attend.

Pendant la journée un beau saut a poussé depuis le chemin et se pose dans de la belle terre. Je rencontre l’équipe de shape et en profite pour discuter un peu. Ils me confirment qu’ils avaient refait le haut de la rouge la veille et qu’ils viennent de finir le bas.

C’est parti pour « La Trace », une piste enduro classée rouge avec beaucoup de petites variations.

Les épingles sont propres et assez larges pour pouvoir tout passer sur le vélo, de nombreux petits sauts et marches ponctuent le single. Il n’y a pas un instant de calme, c’est une vraie spéciale qui tire dans les bras.

De temps en temps elle croise une autre piste enduro (Bois du Plan), ce qui offre des possibilités de variation quasiment infinies. 

Au pied de la piste il me faut quelques minutes pour reprendre mon souffle avant de rouler vers la station pour y chopper le dernier bus. Car oui, j’avais oublié de vous en parler, il est possible de monter dans les bus avec les vélos… Et comme en prime les vacanciers ont droit à une carte de bus gratuite et illimitée pendant leur séjour, on a réussi à ne prendre la voiture que 3 fois en 15 jours !

Pendant que les copains les plus courageux sont partis rouler à La Semoy on s’est fait une petite sortie de préparation entre potes.

Une bonne longue montée, super variée et avec de belles traces qui aident à faire passer la douleur de la pente. Ensuite un superbe point de vue qui porte bien son nom.

J’ouvre la descente avec une première alerte sans conséquence dans les roches. Xavier prend le lead pour me montrer ses traces mais doit passer par la case crevaison / réparation au pied du site d’escalade.

On attaque à nouveau, avec un rythme sacrément élevé, malheureusement je juge mal une trajectoire et prend une ornière bien profonde et sale qui me jette au sol à 40 km/h….

Je reste un peu sonné par l’impact mais heureusement à part quelques griffes sur la peau et le vélo pas de casse. Le casque à bien tapé, j’entends encore le bruit de l’impact.

Après une petite pause bien nécessaire on termine la descente et on reprend le D+ pour aller chercher une crête si ludique.

Les herbes hautes et le souvenir de l’impact aident pas. Je descend donc en mode rando sans oser lâcher les freins.

Retour à la cool mais un peu dans le gaz quand même. Il va falloir se calmer pour les prochaines.

Quel plaisir de chercher le flow sur une belle trace et de lâcher les freins à la poursuite d’un PR.

Mais parfois il faut rester lucide…

D’abord le contexte : une descente connue que j’ai fait découvrir à mon compère quelques jours plus tôt et où il a déjà failli se bourrer dans un virage aveugle à gauche.

Cette fois ci, il ouvre la piste. Après avoir allumé les frontales on se lance, non sans avoir évoqué les fameux deux virages qu’il faut respecter.

Sans lunettes je dois le laisser filer quand soudain je vois sa lampe qui éclaire dans ma direction. C’est mauvais signe et effectivement il est bien à l’envers.

Arrivé à bloc dans le virage il a bien tenté d’ouvrir une nouvelle trace, mais cela ne passait pas. C’était donc une belle et franche sortie de piste.

Heureusement sur ce coup là c’est un avertissement sans conséquence. Après quelques minutes de bricolage pour redonner de l’étanchéité à son pneu avant on peut repartir.

On profite de la journée internationale du travail pour aller suer chez nos voisins allemand et découvrir les superbes trails tracés par l’association Mountainbike Freiburg e.V.

Le soleil est présent, les températures sont au top et heureusement, car la motivation va être mise à rude épreuve…

On commence par une longue et rude montée vers le départ du Canadian Trail, en théorie la montée est annoncée pour 30 minutes mais avec notre condition « au top » il nous faut 45 minutes pour rejoindre le départ de la section 2. La section 1 étant une montée bien technique que l’on va passer à pied.

La piste est annoncée comme rouge, on l’aborde en mode découverte car c’est la première fois que j’y pose les roues. Les sections sont bien shapées avec un flow assez évident à trouver. De temps en temps des panneaux bleus ou noirs indiquent des passages plus techniques ou des échappatoires.

Les traces sont franchement ludiques et quelques sauts ponctuent le tout pour ajouter du piquant au flow. Dans la section 3, on remonte même plusieurs fois pour profiter d’un spot qui offre un beau saut bien safe.

C’est donc après 25 minutes de plaisir que nous arrivons en bas (pour info le KOM est à 7 minutes pour l’enchainement total…).

Après un petit casse croute bien nécessaire on traverse un peu de ville pour rejoindre la montée vers la Borderline. On monte tranquillement en profitant de la magie de la foret et des paysages verdoyants.

La trace est beaucoup plus cassante et je suis bien moins à l’aise. Les racines ressortent et je du mal à trouver le flow nécessaire. La sanction est rude avec un bel OTB entre pierres et racines.

Je suis bien choqué, le guidon à tourné et j’ai du mal à reprendre mes esprits. Un nougat, un compote et deux coups de clé plus tard je reprends la descente en mode survie 🙁

Impossible ou presque de lâcher les freins et je me traine lamentablement. Au fil de la descente les douleurs du coude s’estompent mais je n’arrive plus à tenir le guidon, c’est avec soulagement que je vois arriver la fin de la piste.

Même pendant le retour en ville sur le bitume j’ai mal à la main, ça s’annonce pénible pour la suite. On charge tranquillement et hop direction la maison après cette belle sortie.

Merci à Toff pour m’avoir fait découvrir ce spot plein de promesses, je suis impatient d’y retourner. Et accessoirement merci pour la photo que j’ai pompé 😉

Coté chiffres : 24 km et 948 D+ en un peu moins de 3 heures.

La dernière sortie avec le moteur datait un peu, mais l’appel des potes est le plus fort.

Au programme une bonne promenade en sympathique compagnie, de beaux chemins, quelques traces défoncées par le débardage, un grand soleil et des températures de printemps.

À l’arrivée le bon apéro et un petit repas partagé en refaisant le monde.

Avec ça, j’ai de bonnes raisons pour garder la bleue dans le garage.

On change un peu de coté et c’est parti pour un tour vers le HK.

Le soleil est bien présent, le sol sèche doucement et seules les ornières de débardage nous forcent à modifier l’itinéraire prévu.

Ça pique dans les cuisses pour monter vers le Schaentzel, puis on rejoint le HK pour conclure cette première portion de D+.

Après les escaliers, la descente est rendue acrobatique par les pierres humides, mais pas de bobo. Plutôt que de chasser le chrono en tirant vers la Wick on se détourne pour jouer sur la #MN_Bike, un segment très ludique qui combine descente, relance et surtout un sévère coup de cul pour finir.

J’y signe mon premier PR de la journée mais explose les poumons à l’arrivée…

On remonte tranquillement vers la Wick pour une micro pause ravitaillement et c’est parti pour le Hanhenberg et son ascension…

Un dernier coup d’oeil au château du HK avant la montée.

On monte tranquillement, avec comme seul objectif de pas cramer les dernières forces et pouvoir s’amuser dans le D- prometteur.

Une ultime pause au sommet avec la vue sur Châtenois et c’est parti pour la dégringolade. Je m’amuse comme un fou et je commence à comprendre le fonctionnement de l’Aggressor dans les épingles. Il est un poil moins rassurant que le DHR qu’il remplace, mais quel pied de le mettre en glisse.

Bilan positif avec de nouveaux PR et 20 secondes de gagnées sur la descente sans sortir de la zone de sécurité.

Mention spéciale pour le Pulco menthe/citron vert à l’arrivée.

Cet hiver a été bien étrange coté météo. Si effectivement quelques chutes de neige sont venues blanchir les paysages et les montagnes, la plaine et les Vosges proches sont restés accessibles aux vélos.

Nous en avons profité largement et même remisé les tenues hivernales. Dimanche une sortie sous la bruine m’a bien rappelé l’adage « En avril ne te découvre pas d’un fil ».

Parti avec 9° au compteur la température baisse vite et c’est avec 1° que je bascule vers la descente. Les flocons ont remplacé les gouttes mais ne tiennent pas au sol.

Avec le froid nous avons également eu droit au retour du vent et les arbres mis en travers de nombreux chemins.

Encore un chemin compliqué 😉
Sur la crete

Forcément ça devient compliqué de rouler à la recherche du chrono, alors on en profite pour récupérer et rouler à la cool.

Au passage j’en ai profité pour essayer la fonction alerte d’urgence du Garmin Edge 820. Finalement c’est pas évident de réussir à annuler l’alerte si on remonte trop vite sur le vélo…